On ne m’avait pas prévenue que ces nuits-là…

Depuis que je suis maman, je me suis déjà dit un nombre incalculable de fois : “Non, mais ça pourquoi personne ne m’en a parlé?” Difficile évidemment d’expliquer à quelqu’un la complexité intense des sentiments liés à la maternité. Mais, aujourd’hui encore, après une nuit de quelques heures de sommeil à peine, je me rends compte à quel point devenir Maman m’a transformée.

D’abord, en une meilleure personne, qui s’est découverte des ressources inépuisables. Aussi en un flot de questionnement et de remise en question permanents, guidés par cet amour inconditionnel, entier, sans demi-mesure, que je ressens à chaque fois que je regarde ma fille. Et qui, une minute plus tard, peut se transformer en une envie irrépressible de hurler dans le jardin parce que je me sens dépassée.

Au plein milieu de la nuit, Petit Citron s’est réveillée avec 39 de fièvre. Rien de grave hein, juste une de ces petites maladies d’enfant qui apparaissent en 3 secondes sans prévenir et puis qui s’en vont sans rien expliquer en quelques jours.

Et ce matin, après une de ces nuits que les mamans connaissent bien, rythmée par l’impuissance de voir ton enfant fiévreux et de réagir minute après minute, je me suis dis encore une fois : 

On ne m’avait pas prévenue…

On ne m’avait pas prévenue que je passerais des nuits sans dormir, à te regarder, en attendant que la fièvre baisse ;

Que je préférerais souffrir d’une fièvre de 10000 degrés plutôt que de te voir malade, aussi petit soit le microbe ou la dent qui pousse ;

Que poser ma joue sur ton front serait plus efficace que le meilleur des thermomètres du monde ;

Que je deviendrais une pro en pré diagnostic, qui peut identifier une otite ou une angine seulement en analysant la réaction de ton petit corps face à la prise de perdolan ou de nurofen ;

Que moi, grosse marmotte, j’aurais la capacité de me réveiller en moins de 2 secondes et de réagir au quart de tour en entendant ton “Maman” d’un air plaintif dans le babyphone ;

Que sentir ta petite main brûlante me caresser la joue pourrait me briser le coeur ;

Que je compterais le nombre de respirations par minute pendant ton sommeil ;

Que j’appuierais sur les petites tâches rouges qui apparaissent sur ta peau pour être certaine qu’elles blanchissent à la pression et qu’il ne s’agit pas d’un symptôme plus grave ;

Que je nettoierais du vomi à 3h du matin, et pas uniquement parce que la soirée a été trop arrosée la veille ;

Que tout ce qui me dégoutait au plus haut point avant, je le ferais sans sourciller, parce que je ferais n’importe quoi pour te voir aller mieux (poke le mouche-bébé) ;

Que mes bras et mes câlins seraient le meilleur des compléments aux médicaments ;

Que je me shooterais à l’odeur de tes cheveux durant ces câlins-là, pour te rassurer, mais aussi pour me rassurer moi ; 

Que je mesurerais la chance immense de ne devoir m’inquiéter que pour ces petites maladies et que ta santé est le plus précieux des cadeaux ;

Et dans des nuits comme celles-ci, je me demande aussi comment font les parents de famille nombreuse, pour gérer ça.

La fièvre est tombée, Petit Citron va mieux. Parce qu’on ne m’avait pas prévenue non plus que, parfois, après 2 jours de fièvre, tout redeviendrait comme avant, sans raison.

Bref, si quelqu’un trouve le manuel de survie pour ces nuits-là, je suis preneuse 😀

10 comments

  1. Picou says:

    Ah, ces nuits d’angoisse…On aimerait tant ne pas les vivre, pourtant c’est dans celles ci qu’on se sent mamans en entier et qu’on comprend que nos ressources sont illimitées! (bon par contre, j’avoue…le mouche bébé….j’ai jamais pu, c’est au delà de mes forces!!).

  2. pellicule de vie says:

    Très bel article ma belle. Comment on fait? déjà ils tombent rarement malades ensemble c’est déjà ça! ;). L’amour se décuple, l’énergie aussi.. Gros bisous ma jolie. Ps: je suis contente que petit citron aille mieux <3

  3. Maman BCBG says:

    Ah mon Dieu, je compatis! (7 réveils cette nuit, doliprane, mouche bébé, et j’en passe… je suis sur les rotules… bosser est un vrai challenge aujourd’hui!)

    J’ai bien ri avec l’histoire du vomi nettoyé à 3 heures du matin….!
    J’avoue cependant que, de toutes les “casquettes” de maman, je ne suis pas la plus grande fan de celle de “garde malade”…

    Bon courage!!

Laisser un commentaire